Posté le 19 Octobre 2017

Les Antidouleurs

Ibuprophen (Motrin, Advil)


Effets secondaires possibles:


Les principaux effets secondaires indésirables de l'ibuprofène sont les suivants : gastrite, stomatite (inflammation de la bouche et des gencives), douleurs abdominales, voire ulcération du tube digestif au-delà de 400 mg. Dans certains cas il apparaît : jaunisse, céphalées (maux de tête), bourdonnements d'oreille, somnolence et confusion. Enfin, des manifestations allergiques cutanées et de l'asthme sont parfois observés. L'ibuprofène ne doit pas être associé à un traitement au lithium. En cas de doute, il convient de consulter le médecin traitant. Il ne doit en aucun cas être utilisé chez la femme enceinte, à cause des effets délétères qu'il peut entraîner.


Acétaminophen (Tylénol)


Effets secondaires possibles:

Habituellement le paracétamol (acétominophène) est très bien toléré lorsqu'il est pris à des doses thérapeutiques. Des effets indésirables ont néanmoins été rapportés sans que l'imputabilité (le fait que l'effet indésirable soit bien causé par le médicament) ait été établie la plupart du temps. Les principaux effets indésirables retrouvés dans la littérature sont:

? Très rarement : éruption cutanée avec rash ou éruption urticarienne d'origine probablement allergique, thrombopénie et asthme.

? Controversé : hépatite aiguë cytolytique et insuffisance rénale chronique.

? De façon ponctuelle : hypotension, choc anaphylactique, purpura vasculaire, syndrome de Lyell et syndrome de Stevens-Johnson, ulcération rectale, agranulocytose, pancréatite aiguë généralement en association avec d'autres médicaments comme la codéine, hépatite chronique active, hépatite granulomateuse et rhabdomyolyse.

Une toxicité sur le foie à dose thérapeutique ne peut également être exclue chez certaines personnes à risques.

Chez le très jeune enfant, l'administration de paracétamol pourrait augmenter le risque de survenue d'un asthme.

Devant l'apparition d'un effet indésirable, il est nécessaire d'arrêter le médicament incriminé et de consulter son médecin.


La Cortisone


La cortisone est une hormone que tout le monde sécrète grâce à une petite glande située au-dessus des reins (glandes surrénales). Elle est beaucoup utilisée, sous une forme dite de « synthèse », pour traiter de nombreuses maladies (d'origine ORL, ophtalmologique, pneumologique, rhumatologique?) en raison de son action anti-inflammatoire. Elle peut être prescrite en cure courte (de 5 à 10 jours) pour des problèmes « aigus » ou en cure prolongée (supérieure à trois mois) pour des maladies de longues durées (ou chroniques).

En rhumatologie, elle est utilisée de façon prolongée dans les maladies inflammatoires chroniques, telle que la polyarthrite rhumatoïde, les vascularités (la maladie de Horton, la maladie de Wegener?) ou les maladies générales (le lupus érythémateux disséminé, le syndrome de Goujerot Sjögren?). Elle est aussi utilisée en cure courte notamment dans la névralgie.


Effets secondaires possibles:



? Ils sont liés à « la dose cumulée » administrée c'est à dire à la quantité prise depuis le début de la maladie. Ils sont nombreux mais il existe des moyens pour diminuer leur intensité.


? La prise de poids est probablement le plus connu. Il est logique de proposer un régime pauvre en graisse et en sucres d'absorption rapide.


? Le gonflement du visage est lié à une modification de la répartition des graisses. Il n'existe malheureusement pas de mesure pour lutter contre cette conséquence heureusement rare, observée pour des doses importantes.


? L'hypertension artérielle et les œdèmes des jambes peuvent être diminuées par un régime pauvre en sel. Le régime « sans sel strict » ne doit être prescrit que pour des doses de cortisone supérieure à 10 mg par jour.


? La fonte musculaire et les crampes peuvent être diminuées grâce à un régime riche en potassium (banane, fruits secs?) et en protéine ainsi qu'à un entretien musculaire régulier (en fonction de vos possibilités).


? Les petits vaisseaux (ou capillaires) sont aussi plus fragiles. Les bleus (ou ecchymoses) sont donc plus fréquents et peuvent apparaître après des chocs minimes.


? La peau peut aussi être touchée avec un risque d'acné et une difficulté à la cicatrisation.


? Une fragilité des os (ostéoporose) peut aussi survenir au bout d'une durée de traitement prolongée. Il est souhaitable d'avoir un régime riche en calcium, d'avoir une exposition solaire suffisante (productrice de vitamine D) et de pratiquer une activité physique régulière (qui stimule les cellules des os). Des traitements médicamenteux peuvent aussi être utiles si ces mesures sont insuffisantes (comprimés de calcium associé à de la vitamine D, traitement stimulant les cellules osseuses?).


? Les infections sont aussi plus fréquentes. La cortisone a tendance à faire baisser les défenses de l'organisme contre les infections (immunodépression induite). Il faut donc avoir une hygiène corporelle très importante surtout au niveau des dents (infection dentaire), des pieds (ongle incarné, mycose?) et de l'hygiène intime (infection urinaire fréquente). Au moindre doute, il est préférable de consulter son médecin.-La cortisone a tendance à énerver les gens. Si votre maladie le permet, il est conseillé de la prendre le matin plutôt que le soir pour éviter les insomnies.

Archives