Posté le 19 Septembre 2017

Consentement éclairé Médication per et post traitement

Ce document a été créé pour mieux vous informer et vous protéger.

Il n'est pas rare d'avoir à prendre une médication prescrite par votre dentiste avant et/ou après un traitement dentaire, et ce pour de multiples raisons. Ce document servira à énumérer les effets secondaires connus en relation avec quelques-uns des médications les plus fréquemment prescrites. Beaucoup de médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse indésirable à un médicament lorsqu'il est pris à des doses normales. Il peut être léger ou grave, temporaire ou permanent. Le pharmacien et/ou votre médecin demeureront cependant les professionnels à consulter si vous avez quelques questions que ce soit sur le sujet.

L'anesthésie locale

Une anesthésie locale consiste à inhiber de façon réversible la propagation des signaux le long des nerfs

Si cette anesthésie est réalisée au niveau de voies nerveuses spécifiques, elle est susceptible de produire des effets tels que l'analgésie (diminution de la sensation de douleur) et la paralysie (perte de puissance du muscle)

Elle s'oppose à l'anesthésie générale où le patient est endormi.

Effets secondaires possibles

? Dans des cas exceptionnels : une réaction allergique. Leur prévalence est difficile à préciser et elles peuvent être liées à l'AL ou aux conservateurs utilisés dans les préparations contenant de l'adrénaline (sulfites). La survenue d'un accident allergique doit être prise en compte et signalée sur le dossier médical du patient de façon à prévenir tout ré administration ultérieure de la même préparation ou d'un autre AL appartenant à la même famille chimique (voir Tableau 1). 

? Les manifestations générales à type de choc anaphylactique restent rares et s'observent surtout avec les dérivés esters (elles sont imputées à la formation d'acide para-amino-benzoïque lors du catabolisme). Parfois graves, elles nécessitent une prise en charge médicale adaptée immédiate (adrénaline iv ou sc ou corticoïdes).

? Les manifestations cutanées (éruption érythémateuse, urticaire) : un certain nombre sont vraisemblablement dues aux conservateurs dans les préparations contenant de l'adrénaline (sulfites). Cependant, les dérivés esters (procaïne, tétracaïne) peuvent déterminer des eczémas de contact ou des éruptions parfois étendues.

? La nécrose. Elle découle toujours d'une erreur technique lors de l'administration dans une région dépourvue de circulation collatérale (?il, doigt, verge, palais). L'utilisation de formes pharmaceutiques contenant un vasoconstricteur dans ces régions doit être proscrit.

? L'infection 

Lors d'une association anesthésique-vasoconstricteur, ce dernier peut avoir une incidence sur le c?ur, le système nerveux. Les quantités utilisées sont toutefois si infimes que ce cas est exceptionnel. 

Si le nerf est touché, il peut y avoir hématome comprimant le nerf et entravant temporairement son bon fonctionnement. 

Les nerfs sont souvent situés à proximité de gros vaisseaux sanguins : l'anesthésique peut y être injecté par accident, avec goût de métal dans la bouche, fourmillements autour de la bouche, sensation de somnolence et, dans des cas très rares, troubles du rythme cardiaque, convulsions et même perte de conscience.

Archives